Chères lectrices, Chers lecteurs,

Aujourd’hui j’avais envie de vous partager une scène de vie comme j’en vois beaucoup le matin lorsque je dépose mes petits à l’école.

Alors que nous nous dirigeons vers le portail de l’école, une conversation m’interpelle sur ma droite. Une mère et sa fille sont visiblement en froid dès le matin. La mère dit délicatement à sa fille : « Tu ne vas pas partir à l’école en étant fâchée avec moi, si ? Ce n’est pas une bonne manière de démarrer la journée. » La petite fille, âgée tout au plus de 8 ans, lui répond sur un ton en colère : « Ben si ! »

Nos chemins se séparent, je dépose ma fille devant sa classe et me dirige comme tous les matins devant une vitre où je peux lui envoyer un dernier baiser.
Tout d’un coup, la discussion à mes côtés reprend avec cette même mère et sa jeune fillette. Un banc, qui habituellement n’est pas dans les parages, a été installé contre la vitre. Un cahier d’histoire à la main, la mère semble expliquer un cours à sa fille qui a visiblement la tête ailleurs et qui semble stressée. Au fur et à mesure que sa mère tente de la rassurer, de lui donner des moyens mémos techniques pour se souvenir des dates à retenir, le visage de sa petite fille se décompose et finit par fondre en larmes.

Je suis là, impuissante et me questionne sur la façon dont va réagir sa mère qui garde un calme olympien et une voix douce.

-« Mais ne pleure pas, ce n’est pas grave. Quand il y a des choses que tu ne comprends pas, dis-le moi pour que je puisse t’aider, mais essaies de le faire la veille. »
– « Mais tu n’es jamais là ! Je suis toute seule à la maison. J’y comprends rien. Et puis la maîtresse elle ne nous laisse pas assez de temps pour écrire et c’est pour ça que j’ai eu 8/20 ! » Les larmes coulent à flot, la voix est tremblante.

Et je suis là…observatrice de ce fragment de vie.

Mon mari me rejoint, il a déposé notre fils de son côté…

En quittant la vitre et ce banc, je vois que la mère prend enfin sa fille dans ses bras tout en lui disant : « Mais ça va aller, ce n’est pas grave si tu ne réussis pas ce devoir etc… »

Je suis chamboulée comme souvent dans ces bribes de vie. Je ne connais rien de cette mère et de cette jeune fille que je serais incapable de reconnaître demain.
Je perçois simplement que la protection n’est pas acquise. Sans la connaissance des cours que j’ai suivi, des expériences nombreuses que j’ai accumulé auprès des parents et des enfants, j’aurais fait les mêmes erreurs que cette maman pleine de bonne volonté et qui n’a de cesse de vouloir rassurer sa fille.

Et pourtant, la seule et unique façon de rassurer cette jeune fille n’était pas de lui parler. Ce n’était pas non plus de lui expliquer. Ce n’était pas de lui faire passer un message de quoique ce soit. Ni de lui apprendre un cours à 10 minutes de l’entrée en classe.

La seule façon d’apaiser et de sécuriser cette petite fille était de la prendre dans ses bras avec tout l’empathie nécessaire comme on bercerait un nouveau-né qui pleure.

tai-jyun-chang-270109-unsplash.jpg

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s